UHTE

Formation AIPR : qu’est-ce que c’est ?

La Formation AIPR existe  pour les superviseurs, les concepteurs et les opérateurs

 Qu’est-ce qu’un superviseur ?

 Un superviseur sur un chantier à proximité de réseaux est souvent soit le chef d’équipe, soit le responsable de site, soit le responsable des travaux. Le responsable des travaux, peut aussi être sous la direction d’un chef de projet comme Il peut aussi être sous la direction d’une entreprise, comme un promoteur ou un bureau d’études, une assistance ou une partie du personnel des réseaux de géo référencement.

Superviseur AIPR

 Le superviseur de l’AIPR : Sur ce type de chantier, il est impératif qu’au moins un des concepteurs, superviseurs ou opérateurs soit formé à l’AIPR. Les opérateurs doivent être formés à l’AIPR, autorisation d’intervention à proximité des réseaux, obligatoire dans le cadre de la réforme anti-endommagement (texte de loi). Tous ont un objectif équivalent à travers la formation : comprendre la réglementation de la conduite des travaux à proximité des réseaux, le guide technique et repérer les risques et précautions à prendre afin de définir la tactique à appliquer aux travaux. La formation de 7 heures est validée par un examen AIPR de conducteur de travaux d’une heure en QCM.

 Que fait un conducteur de travaux ?

Le rôle d’un conducteur de travaux est d’être présent dans les moindres étapes du chantier et de devoir maîtriser certains points, inclus dans la formation : Il doit connaître les enjeux de la de la réglementation anti-endommagement des réseaux ; posséder une idée transparente sur ses obligations, la responsabilité de chacun sur le terrain vague et donc les sanctions que l’on risque juste en cas de non-respect de la charte de conduite , il doit être prêt à faire les démarches de DT et DICT (Déclaration de travail, Déclaration d’intention de commencement de travaux) dans les délais ; Comprendre et analyser les documents associés aux travaux/chantier ; s’assurer de la sécurité des lieux en balisant le fond et en prenant des actions préventives ; Reconnaître les conditions d’arrêt d’un chantier ; Anticiper les contraintes et détenir les compétences pour les gérer en cas d’urgence ou d’accident (Gérer les ATU : Avis de travaux urgents). Le superviseur détenant la formation AIPR est tenu de consulter tous les réseaux répertoriés sur le territoire français en un seul arrêt, de repérer les risques encourus et de connaître les responsables de ces réseaux pour être prêt à démarrer l’ajout dans les règles de l’art.

La formation pédagogique

Le programme pédagogique couvre théoriquement tous les points de la réforme de la protection contre les dommages aux réseaux, que le superviseur pourrait rencontrer sur le terrain, il doit connaître ses obligations et ses responsabilités ainsi que tout ce qui concerne les déclarations DT et DICT (repères, acteurs de la réforme, réseaux concernés, acteurs, dérogations, fonctionnement des systèmes…). Il est également informé de la réglementation AIPR et donc de l’exécution des travaux (marquage, piquetage, travaux d’urgence, reconnaissance de terrain, dommages, arrêt de chantier…). Tout cela se fait souvent à travers des diaporamas, des vidéos, des images, des mises en situation et des discussions sur des exemples concrets…

 Où puis-je suivre une formation AIPR pour un superviseur ? Quelles sont les conditions pour l’obtenir ?

La formation AIPR superviseur se fait par QCM dans un centre de formation agréé, La liste des centres accrédités est disponible sur le site du ministère de la transition écologique et solidaire. Il est impératif d’obtenir un score d’environ 36/60 pour passer l’AIPR superviseur. Une accréditation de superviseur AIPR est valable cinq ans et la formation coûte donc environ 135 euros, elle est souvent financée par le compte privé de formation, la plupart des centres de formation proposent même de d’essayer de le faire en ligne. En plus de la formation de superviseur AIPR, il existe des formations de concepteur et d’opérateur, permettant qu’un minimum un des  acteurs du chantier d’aménagement soit formé pour limiter les risques et sécuriser les réseaux d’aménagement.

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide